Accueil > Actualités

Actualités

La MPL GO présente au CESER - 3 décembre 2018

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs,

Chers collègues,

J'interviens au nom du Collège 1, au titre de l'U2P. (Union des entreprises de proximité). 

Il n’est pas si fréquent, même dans une Assemblée comme la notre,  d’avoir l’occasion de travailler sur des démarches prospectives. Nous nous en réjouissons. La complexité de notre monde suffirait à en justifier la nécessité. La réalité de notre quotidien en attesterait le besoin. Les difficultés de beaucoup de nos concitoyens en soulignent l’urgence.

Le document soumis à notre examen est de qualité. A nos yeux il constitue une base fondamentale pour le devenir de notre Région. En effet, l’immobilisme est révolu car profondément destructeur.

Ce document, d’orientation, identifie 3 constats :

- l’urgence climatique,

- lles déséquilibres nationaux,

- le déficit de l’action publique. 

Cependant, et l’actualité nous le rappelle, nous devrions y rajouter un 4ème point : l’urgence économique et sociale.

En premier lieu, il faut le souligner, nous sommes tous volontaires pour mettre ou pour remettre notre Région en ordre de marche. En effet, la Bretagne doit relever de nombreux défis. Cependant, nos interrogations porteront aujourd'hui davantage sur la mise en oeuvre que sur les objectifs de la Breizh-Cop.

A nos yeux, 2 questions demeurent posées :

- comment associer le plus grand nombre à cette ambition bretonne ?

- comment intégrer des facteurs  exogènes à notre démarche régionale ?

En premier lieu, l’acceptation de tous est requise pour prétendre s’engager avec succès dans cette voie. Toutefois, pour nos concitoyens, les priorités sont des notions très relatives selon les situations : précarité, isolement, emplois. La réussite d’une telle démarche impose de grandes attentions afin de ne pas faire naître de ces changements trop d’anxiété. 

En second lieu, vous le savez, l’environnement politique national, européen, mondial s’immisce en permanence dans nos politiques.  Et nous en subissons, ou les bienfaits, ou les contraintes. Ces interférences sont souvent source d’incompréhension, voire de refus, pour nos concitoyens.

C’est la raison qui nous conduit à insister sur 2 attitudes dangereuses :

- Une attitude de rejet, évoquant parfois des relents de poujadisme,

- Une attitude d'indifférence, génératrice d'exclusion et ou d'isolement,

Ces 2 cas de figures peuvent générer des expressions extrêmement « bruyantes » dont il vaudrait mieux qu’il vaudrait mieux anticiper. Il ne s’agit pas d’une opinion, il s’agit d’une règle de l’histoire.

En conclusion, dans une actualité chargée dont nous devons décrypter les origines, les malaises et les comportements, la démarche BZH – COP confirme son utilité. Elle pourrait même apparaître comme un modèle.

Pour nos métiers de proximité, artisans commerçants et professions libérales,  qui prétendons  être  plus que d’autres au contact et à l’écoute de nos concitoyens, le remembrement territorial, social et culturel qui nous est imposé, se doit être reconsidéré si nous voulons vraiment agir pour le bien-être et le bien–vivre en Bretagne.

Je vous remercie de votre attention.

Philippe LE ROUX,

Président de l'UNAPL et de la MPL GO. 

Les autres actualités

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation en savoir plus J'accepte