Rencontres privilèges
NOUVEAUTÉ :
Découvrez les rencontres privilèges
Épisode 1 : « le dépassement de soi avec Isabelle AUTISSIER »
300 places sur toute la France

Rencontres privilèges

Je participe
Accueil > Boîte à outils > Fiches métiers > Orthophoniste

S’installer comme orthophoniste

Qu’est-ce que le métier d’orthophoniste ?

L’orthophoniste, parfois appelé logopédiste, est l’auxiliaire de santé spécialiste des troubles de la communication, qu’elle soit écrite ou orale. Le mot « orthophonie » prend d’ailleurs tout son sens lorsqu’on se penche sur son étymologie, qui réunit deux mots grecs : « ortho », signifiant correct ou encore droit, et « phonè » ; voix.

Son champ d’action peut alors se révéler extrêmement varié. Ne serait-ce qu’au niveau des troubles de la parole, les situations sont multiples. En effet un orthophoniste peut être sollicité pour travailler sur des difficultés oratoires comme le bégaiement, ou sur des problèmes d’articulation plus légers comme un zézaiement. L’orthophoniste peut également être amené à aider de très jeunes enfants qui présentent des retards inquiétants quant au développement de la parole, voire même qui se réfugient dans un mutisme alarmant, ne manifestant aucun signe de langage. Dans ce genre de cas, il est très important de comprendre l’origine du trouble : accident, traumatisme lié à l’histoire personnelle, etc. L’orthophonie comporte en ce sens une part inéluctable de psychologie et de pédagogie. D’ailleurs, il est à noter que les enfants représentent souvent une grande partie de la patientèle de ce professionnel de santé. Cela dit, son travail n’exclut absolument pas les adultes : un orthophoniste peut par exemple s’avérer nécessaire pour une personne devant réapprendre l’usage de la parole, comme après un AVC. De manière générale, l’orthophoniste est appelé à intervenir dans de nombreux cas de handicaps ou de maladies, comme Alzheimer ou la trisomie 21.

De plus, c’est aussi le thérapeute idéal pour solutionner les troubles qui relèvent de la communication écrite. En effet, la dyslexie ou encore la dysorthographie font partie de son champ d’action, tout comme ce qui relève des difficultés d’apprentissage, tant au niveau de la lecture que de l’écriture. Des difficultés que l’orthophoniste est en capacité de dépister avec précision, pour établir un diagnostic.

Quelles sont les spécificités du métier d'orthophoniste ?

Pour devenir orthophoniste, cinq années d’études sont nécessaires. Cette formation initiale aboutit au « certificat de capacité d’orthophoniste » (le CCO), qui depuis 2013 a enfin été reconnu au grade de Master. Or ce parcours présente une spécificité majeure : l’accession à cette formation initiale se fait sur concours. Un concours très rigoureux et difficile d’accès puisqu’en moyenne seulement 10% des candidats sont sélectionnés pour rentrer dans un des centres de formation. Des centres qui d’ailleurs sont au nombre de 19 sur le territoire français, et qui sont tous rattachés à des UFR de médecine. Chacun propose son propre concours, mais tous mêlent généralement des épreuves de culture générale ainsi que des tests orthographiques et psychotechniques.

Notons que le nombre impressionnant de candidats à ces concours, en plus de démontrer la difficulté première de l’accès à la formation, prouve également qu’il s’agit d’une profession reconnue et surtout propre à créer des vocations. Des vocations essentiellement féminines, puisqu’au 1er janvier 2019, 96,7% des orthophonistes étaient des femmes !

Une fois diplômé, l’orthophoniste a le choix : il peut aussi bien exercer en libéral qu’à titre salarié. En libéral, cela induit qu’il œuvre dans un cabinet privé, seul ou avec des associés. C’est la situation la plus privilégiée de la profession puisque environ 80% des orthophonistes travaillent actuellement en tant que professionnels libéraux. Néanmoins, il peut tout à fait opter pour le statut de salarié. En effet un orthophoniste peut avoir un poste dans certains services hospitaliers, rejoignant ainsi le secteur public, ou bien être salarié mais dans le secteur privé. Il existe en effet des postes au sein de centres spécialisés, comme les CMPP : les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques, des établissements dédiés aux enfants et adolescents de moins de 20 ans présentant de fortes difficultés scolaires. Le panel de ses perspectives est donc très vaste.

Complèter cette fiche métier